Collaboratrices.teurs

Jeanne Alechinsky
Chorégraphe et danseuse

Jeanne Alechinsky intègre le conservatoire d’art dramatique Erik Satie en 2001où elle suit les cours de Daniel Berlioux en tant que comédienne et metteure en scène, et participe à l’atelier corporel de Nadia Vadori-Gauthier. En plus de sa formation somatique issue des recherches en Body-Mind Centering® (diplôme en cours), yoga et Mouvement Authentique, elle reçoit l’enseignement de Benoît Lachambre, Julianna Neves et Lisi Estaras aux Ballets C de la B, et de Maya Caroll et Julyan Hamilton en composition instantanée.

Nadia Vadori-Gauthier l’engage dans son laboratoire de recherches et groupe de performance Le Corps collectif en 2009, où elle complète sa formation et participe à la création et à l’interprétation de toutes les pièces et performances (La Meute, Les Partitions ouvertes, Réel Machine, Le Crépuscule des Baby Dolls, That’s All Right Mama). De janvier 2017 à janvier 2020, elle est la collaboratrice artistique de Nadia Vadori-Gauthier sur son projet de résistante poétique Une minute de danse par jour. Elle chorégraphie la pièce des Filles de Simone Les Secrets d’un gaignage efficace (Rond-Point, 2019, en tournée) pour lesquelles elle est également comédienne en alternance sur la tournée du spectacle. Elle également danseuse dans la création de Mathieu Touzé et Yuming Hey Une absence de silence. D’après Que font les rennes après Noël ? (Ménagerie de Verre, Étrange Cargo, mars 2020). En tant que comédienne, elle assiste Arthur Deschamps à la mise en scène de son dernier spectacle, Les Passants (Scène nationale du Mans-Les Quinconces, 2018), joue dans Le Bureau des Légendes (saison 3 et 4), dans plusieurs courts-métrages, ainsi que dans le long métrage de Nine Antico Playlist (2021). Elle travaille auprès de Margaux Amoros en tant qu’interprète pour sa création À CRU (2022)

Camille Cabanes
Chargée de diffusion et du développement

Originaire d’un no man’s land culturel dans les années 80, Camille est devenue fascinée par la danse grâce à sa pratique. Des études d’Histoire de l’art à Tours l’amènent à découvrir le CCNT avec un stage aux côté de Jennifer Lacey et Nadia Lauro pour le spectacle Mhmmmm, puis en Arts du spectacle- option théâtre, à Caen avec ses premiers pas en communication au sein du festival Danse d’Ailleurs du CCN alors dirigés par Hela Fattoumi et Eric Lamoureux.

Son installation à Paris l’oriente vers les Scènes Nationales franciliennes et établissement de la ville de Paris au sein du service des relations avec les publics : Maison des Arts de Créteil, Ferme du Buisson, Gaîté lyrique, Maison des métallos.

Elle a intégré le collectif en janvier 2019 pour soutenir la diffusion de Mon vrai métier, c’est la nuit et accompagne depuis le collectif dans son développement et ses nouvelles productions.

Anna Carraud
Créatrice costumes

Anna Carraud est formée en danse contemporaine dès ses années lycée sous le patronage de Jean-Claude Gallotta. Elle rencontre de nombreux chorégraphes et affine son esprit critique. Elle décide de continuer sur ce mouvement en se formant au Hip-Hop dans l’école de Tony Maskott. Après une épreuve physique, elle pense ne plus pouvoir danser et décide de prendre des cours de théâtre au conservatoire. S’ajoute à ces cours de théâtre, l’université en cinéma. Lors de ces cours au conservatoire, elle croise le chemin de Nadia Vadori-Gauthier, qui la persuada qu’on peut reprendre la danse après n’importe quel obstacle. Qu’il faut danser. Elle découvre alors les techniques somatiques (Body-Mind Centering®, Mouvement authentique…) et décide de reprendre des études en philosophie esthétique.

Elle joue pour, elle danse pour, et elle met en scène avec une certaine mise au point sur le costume. Des propositions d’amour totale sous forme d’installations performances. Sa démarche autour du vêtement commence et elle se penche sur le stylisme pour des groupes de musique, des photos de mode, des pièces de théâtre et des ballets.

Léo Lévy-Lajeunesse
Scénographe et créateur lumière

Léo Lévy-Lajeunesse est diplômé d’un master de la Haute École des Arts du Rhin de Strasbourg en scénographie. Il a développé au sein de cette école un intérêt particulier pour les images théâtrales sombres, mystérieuses, lacunaires.

En 2019, pour son projet de fin d’étude, il monte une adaptation théâtrale d’Insomnie, un texte de Jon fosse. Il a travaillé depuis sur divers projets de théâtre ou de cinéma en tant que créateur lumière, scénographe, régisseur plateau, maquettiste… En parallèle, il développe une pratique artistique mélangeant le dessin et la photographie. Il prépare actuellement la création d’un projet théâtral d’après Les Rêves d’Olav, toujours de Jon Fosse.

Stéphane Milochevitch (aka Thousand)
Compositeur et interprète

Une adolescence passée au Texas, batteur depuis l’âge de sept  ans, Stéphane Milochevitch se forge une identité musicale d’abord  au sein de nombreux groupes, avant de se consacrer à son projet  personnel sous le nom de Thousand. Il passe progressivement du  métal au post-rock dans son adolescence, puis d’une folk vaporeuse à une pop plus moderne au cours des années 2010. Il collabore à cette période avec des artistes comme Syd Matters ou  Josh T Pearson. Ses deux derniers albums chantés en Français,  « Le Tunnel Végétal » et « Au Paradis », rencontrent un écho cri tique qui font sortir le projet de la marge pour l’identité de ses  textes et les formes parfois inhabituelles de ses chansons. 
Ce goût pour la recherche de formes innovantes provient de sa  longue immersion dans les musiques improvisées et le cinéma  expérimental au long des années 2000, époque à laquelle il participe comme musicien à de nombreuses performances film,  danse et autres. Le vocabulaire de l’improvisation et de la forme  libre constitue aujourd’hui un des ingrédients de sa musique pop,  qui s’échappe des formats et se permet de jouer avec les codes.
Il invite sur ses disques des amis et collaborateurs issus de musiques novatrices comme Bryce Dessner, guitariste du groupe  The National, et compositeurs contemporains majeurs, ou Quentin  Rollet, saxophoniste de free jazz et performer. À l’occasion de  sa collaboration avec le producteur Frédéric Lo pour son album  éponyme de 2015, il est invité à figurer à l’affiche du film Les Bien -Aimés de Christophe Honoré, jouant sur scène son propre rôle.  Ses albums paraissent sur le label indépendant Talitres.

Nicolas Rouleau
Créateur sonore

Nicolas Rouleau est ingénieur du son et musicien. Il commence à étudier la batterie à 11 ans et ce durant 8 ans. Il réalise une master classe au CMDL en 2015. Étudiant de l’ESRA et plus particulièrement de L’ISTS (branche son de L’ESRA), il accomplit des stages, notamment dans le milieu de la radio (Radio Classique) et de studios d’enregistrements. Il assiste, au cœur des studios Malambo, à une dizaine de mixages et enregistrements d’une grande diversité, dont celui du pianiste Gustavo Beytelmann, du groupe flamenco de Juan Manuel Cortes, et au dernier album d’Yves Duteil, Respect. Avec deux amis, il fonde le collectif artistique Magma et organise trois expositions où il expose des pièces et installations sonores, dont la performance Table Parlante. Il réalise une bande son pour la performance vidéo The Tragedy of Dido de Juliette Deschamps à la Nuit des images au Musée de l’Élysée à Lausanne. Depuis 2017, il travaille avec Arthur Deschamps pour l’illustration sonore et en tant que musicien dans sa pièce de théâtre Les Passants.

Gaia Saitta
Metteure en scène et dramaturge

Licenciée en Sciences de la Communication à l’Université LUMSA de Rome, Gaia Saitta se diplôme en 2003 au conservatoire national d’art dramatique « S. D’Amico » de Rome. Elle est comédienne, metteuse en scène et dramaturge. Sa recherche étudie la vulnérabilité comme espace poétique et cognitif. Au bord de la ligne entre fiction et réalité, elle met au centre le corps du performeur, en mêlant différents langages de la scène et en interrogeant toujours le rôle du public.

Elle travaille en Italie avec Giorgio Barberio Corsetti, Luca Ronconi, Paolo Civati, Marcela Serli, en France avec Mikael Serre, Abou Lagraa et Anatoli Vassiliev et en Belgique elle collabore avec la compagnie Ontroerend Goed, Olivier Coyette et Quan Bui Ngoc de la compagnie Les Ballets C de la B.
Elle est co-fondatrice de If Human, collectif d’artistes internationales, basé à Bruxelles. Elle signe la mise en scène de Fear and Desire, première création du collectif qui est présenté aux Halles en octobre 2013. Parmi ses créations comme metteuse en scène: Ne Parlez Pas d’Amour, réalisé avec le compositeur Carlo Boccadoro (If Human/Unione Musicale/Torino Danza/Les Halles de Schaerbeek); The space between you and me, performance crée avec la cinéaste Jessey Tsang (Les Halles de Schaerbeek/Hong Kong Art Center); Useless Movements (CC Westrand, Dilbeek).
En 2016, avec Benedetto Sicca, Giuliana Rienzi et Marco Giusti, elle écris le projet LEAVES, installation/performance itinérante, dont un premier volet a été présenté aux Halles dans le cadre Habiter le temps d’un rêve.
Sa dernière création Je crois que dehors c’est le printemps, en collaboration avec Giorgio Barberio Corsetti (Les Halles de Schaerbeek/Le Manège – scène nationale de Maubeuge) sera reprise la prochaine saison au Théâtre de Liège et au Théâtre de Vidy-Lausanne.
Depuis 2013 elle est artiste associée aux Halles de Schaerbeek de Bruxelles.